Purificateur d’air intégré en faux-plafond

La dalle de plafond traitante Zephyros, intégrée dans les plafonds suspendus, permet d’assainir l’air dans les bureaux, sanitaires, commerces .

Source :  Zephyros par Horzair

Dans la plupart des espaces publics, il est difficile de trouver des emplacements adéquats pour fixer des appareils de traitement de l’air. Le manque de place au mur,  l »absence d’étagères, les risques de dégradation des purificateurs d’air, les vols récurrents, font partie des problèmes auxquels font face les propriétaires des locaux ou leurs gestionnaires.

Horzair, une entreprise française, a mis au point des dalles traitantes (modèle déposé INPI) de la famille Zephyros, qui remplaçent élégamment quelques-une des dalles qui garnissent les plafonds suspendus, qui sont courant dans les ERP.
Epuration de l'air par une dalle traitante Zephyros pour les plafond suspendus
Ces dalles « cohabitent » avec les luminaires, détecteurs de fumées et bouches de ventilation ou de climatisation. Ils peuvent être rapidement installés, puisqu’il leur suffit d’être posées sur les structures standards de plafond suspendu puis branchées sur une prise de courant.

Flow : un objet connecté pour changer nos habitudes face à la pollution

Le plus grand intérêt des objets connectés réside dans la possibilité de comparer, d’analyser et de partager quasi instantanément une foule de données.

Les mesures consolidées d’un réseau étendu d’utilisateurs permettent de créer une carte de la pollution et, avec des données météo (vents, précipitations, …), de prévoir l’évolution du niveau de pollution sur cette même carte.

 

Source : Flow : un objet connecté pour changer nos habitudes face à la pollution

Qualité de l’air : de nouvelles limites d’émissions polluantes dans l’Union européenne

Alors que de nombreuses villes européennes sont touchées par un épisode de pollution très marqué, l’Union européenne s’est dotée de nouvelles normes. Les propositions pour des plafonds nationaux plus ambitieux concernant les émissions de polluants clés, y compris le NOx, les particules et le dioxyde de soufre, ont été approuvées par le Parlement fin 2016. La pollution atmosphérique est responsable d’environ 400.000 décès prématurés dans l’UE chaque année.